Les capitales Européennes - Paris
France, membre de l'Union européenne depuis 1957.
Les capitales européennes - Berlin
Allemagne, membre de l'Union Européenne depuis 1957.
Les capitales européennes - Stockholm
Suède, membre de l'Union Européenne depuis 1995.
Les capitales européennes - Madrid
Espagne, membre de l'Union Européenne depuis 1986.
Les capitales européennes - Vienne
Autriche, membre de l'Union Européenne depuis 1995.
Les capitales européennes - Copenhague
Danemark, membre de l'Union Européenne depuis 1973.
Les capitales européennes - Bruxelles
Belgique, membre de l'Union Européenne depuis 1957.
Les capitales européennes - Luxembourg
Luxembourg, membre de l'Union Européenne depuis 1957.
Les capitales européennes - Helsinki
Finlande, membre de l'Union Européenne depuis 1995.
Les capitales européennes - Nicosie
Chypre, membre de l'Union Européenne depuis 2004.
Les capitales européennes - Athènes
Grèce, membre de l'Union Européenne depuis 1981.
Les capitales européennes - Rome
Italie, membre de l'Union Européenne depuis 1957.
Les capitales européennes - Dublin
Irlande, membre de l'Union Européenne depuis 1973.
Les capitales européennes - Varsovie
Pologne, membre de l'Union Européenne depuis 2004.
Les capitales européennes - Amsterdam
Pays-Bas, membre de l'Union Européenne depuis 1957
Les capitales européennes - Zagreb
Croatie, membre de l'Union Européenne depuis 2013
Les capitales européennes - Bucarest
Roumanie, membre de l'Union Européenne depuis 2007
Les capitales européennes - Vilnius
Lituanie, membre de l'Union Européenne depuis 2004
Les capitales européennes - Budapest
Hongrie, membre de l'Union Européenne depuis 2004
par Patrick Martin-Genier, le vendredi 18 septembre 2009

José Manuel Barroso vient d'être réélu à la majorité absolue comme président de la commission européenne. L'ancien premier ministre portugais peut donc savourer une victoire qu'il attendait avec impatience depuis l'été.




Une réélection ambiguë


Mais attention, cette réélection masque des incertitudes. Il ne faudrait pas que celle-ci repose sur des malentendus qui pourraient être de nature à affaiblir l'institution. Les chefs d'Etat et gouvernement, après avoir été pour certains très critiques à son endroit, s'étaient empressés de lui apporter leur soutien.

M. Barroso apparaissait en effet probablement comme le moins dangereux et le plus petit dénominateur commun entre tous. Il faut dire que, sans sous-estimer la tâche, il n'avait pas faire preuve d'une capacité d'initiative hors norme, c'est le moins que l'on puisse dire, au plus fort de la crie économique et financière, laissant les chefs d'Eta et de gouvernement décider des mesures nécessaires.

Sur d'autres sujets, comme la protection de l'environnement et la réduction des gaz à effet de serre, il avait laissé l'impression d'une sorte de suivisme ou d'opportunisme en fonction des débats politiques. C'est probablement ce qui a convaincu les Etats membres de lui apporter leur soutien, bien que Nicolas Sarkozy ait été parfois très critique à son égard. Mais voilà, entre deux inconvénients, il a fallu choisir…


Un affaiblissement de la Commission ?


Mais attention, le danger qui guette clairement la Commission européenne aujourd'hui est celui de l'affaiblissement de l'institution. Pour être respectée, la Commission, doit être forte et cohérente. Elle doit absolument garder et utiliser son droit d'initiative des propositions de directives et de règlements, sans qu'on vienne la solliciter pour qu'elle l'exerce.

Le président de la Commission a rang de chef d'Etat sur le plan international. Or, si le traité de Lisbonne est enfin ratifié par les Irlandais, deux autres personnages essentiels vont faire leur apparition : le président permanent du conseil européen (disons pour deux ans et demi), et le « ministres des affaires étrangères » de l'Union européenne, qui sera également vice-président de la Commission européenne.

Or pas besoin d'être fin psychologue pour savoir que ces trois pôles vont le concurrencer dans l'exercice du pouvoir et de la représentation de l'Union européenne sur la scène internationale, ce qui va créer certainement des tensions lorsque l'on sait que le président du conseil rendra compte…aux chefs d'Etat et de gouvernement et que le ministre des affaires étrangères sera assis entre deux chaises, surtout si le titulaire du poste est un britannique, qui ne sera pas, on s'en doute, un fédéraliste acharné…


Le premier test


Le premier test de M. Barroso sera la nomination des commissaires. Il va être intéressant d'analyser s'il cède entièrement aux Etats et gouvernements dans la répartition des portefeuilles de la commission européenne. Ou si, au contraire, il est capable d'exercer pleinement son rôle de chef de l'exécutif communautaire.

Il sera aussi pertinent d'analyser la qualité des personnes nommées. Il est important éviter des gaffes du type celles qui avait été commises lors de la nomination de l'ancienne commission ( personnages politiques ayant tenu des propos douteux, des anti-européens notoires, enfin la question délicate des incompatibilités entre les affaires privées et la fonction de commissaire.).

Et c'est là que le parlement européen doit jouer un rôle fondamental. Il lui appartient d'auditionner les différentes personnalités pressenties pour voir si elles feront de bons commissaires…Lui appartient également le vote final pour l'investiture de la commission.

Il est très clair que si la Commission devait désormais travailler sous perfusion ou sous influence dominante, ce nouveau mandat serait gâché. Il appartiendra au parlement européen d'être très prudent sur ce point.





Patrick Martin-Genier
Maître de conférence à l'Institut d'études politiques de Paris.