Markus Schmidt, le 18 janvier 2021

1) Introduction

Une conséquence directe de la COVID-19 est l’accélération intensifiée de la digitalisation de notre économie, de nos sociétés et de nos entreprises. Elle est plus imposée par les événements que par la mise en place d’une excellente stratégie. Les gagnants sont ceux qui étaient déjà les plus avancés dans leur transformation digitale avant l’arrivée de la pandémie. Pour la prochaine décennie, les acteurs économiques et politiques en Europe doivent définir des stratégies pertinentes et fixer des objectifs ambitieux.

La première mi-temps de la bataille digitale a été gagnée par les entreprises américaines et chinoises au niveau de l’internet commercial. Maintenant la deuxième mi-temps avec une forte concentration sur l’internet Industriel a commencé, elle touchera le cœur de l’économie européenne.

L’Europe doit absolument gagner ces enjeux !

Pour certains ceci peut paraître un peu utopique ou seulement être du registre du souhait.

Si nous mettions bien plus en avant nos forces en Europe (strengthen our strenghts) et si nous nous lancions dans une transformation profonde, je suis convaincu que cela serait possible.

Le succès sera déterminé par notre volonté et nos efforts pour sortir de nos zones de confort.

2) Le Monde du Data

Il est évident que les méga données et l’intelligence artificielle seront déterminants pour le succès de nos économies et de nos sociétés.

Elles deviennent des facteurs économiques dominants.

Il est particulièrement important de distinguer entre méga données générées par des personnes ou par des choses.

Les méga données n’ont pas de valeur propre. Seules leur utilisation intelligente et innovante leur donnera de l’utilité.

Selon des estimations aujourd’hui 80-90 % des données ne sont pas utilisées. Souvent la combinaison des données de domaines très différents permet de trouver le vrai potentiel.

Pour la mise en place de régulation en Europe par nos gouvernements, il sera essentiel de suivre le principe suivant : trouver la bonne balance entre la protection de données et l’utilité des données.

Il est vrai que pour les administrations publiques il est extrêmement difficile d’être à la hauteur du changement rapide du développement des nouvelles technologies. Nous devons intensifier le débat entre les acteurs politiques, économiques, technologiques, scientifiques et la société civile.

Par exemple pour la Corona App un tel débat nous aurait bien aidé. En raison de l’absence de cette démarche nous ne pouvons malheureusement pas utiliser le vrai potentiel d’une telle App pour suivre et tracer les personnes infectées. Une véritable opportunité très concrète loupée pour l’Europe !

Il est cependant utile de noter que les toutes nouvelles régulations de l’UE sur l’espace numérique vont dans la bonne direction :

-  Le Digital Service Act, qui vise à imposer aux réseaux sociaux et aux places de marché des obligations de moyens et de transparence dans leur lutte contre les contenus illégaux, ainsi que dans le fonctionnement de leurs algorithmes de recommandations.

-  Le Digital Markets Act, qui vise à maîtriser les grandes plateformes numériques « gatekeepers », qui ont une position ultra dominante dans leur secteur afin de mettre fin à leur comportement abusif.

Fondamentalement Il ne sera pas possible de démanteler les fortes concentrations industrielles comme dans les cas historiques du pétrole ou des Télécommunications. Cela serait en effet au détriment de l’utilité forte des méga données et par conséquent fortement négatif pour les consommateurs.

La seule piste sera de forcer les Amazon, Google, Facebook, et autres de partager leurs données avec les autres acteurs sur le marché.

Notre modèle souhaité pour l’Europe ne sera ni celui des GAFA dominantes comme aux USA, ni celui de l’omniprésence numérique par un état autoritaire comme en Chine.

Notre objectif doit être une bonne balance entre une régulation moderne du monde digital et suffisamment de libertés pour nos scientifiques, technologues et entreprises (grand groupe, ETI et PME).

3) Souveraineté géopolitique et maitrise des Nouvelles Technologies

Pour atteindre sa souveraineté géopolitique et une meilleure autonomie au niveau global, l’Europe ne doit pas seulement renforcer sa politique de sécurité et de défense commune mais également bien maitriser les nouvelles technologies, la digitalisation, les techniques de cyberguerre et les innovations favorisant la durabilité. Par exemple le sujet des infrastructures numériques a longtemps été sous-estimé par les responsables politiques européens, car on ne savait pas ce que la 5G permettait. Depuis longtemps nous aurions dû soutenir fortement les fournisseurs européens Nokia et Ericsson. Après avoir laissé le terrain sur les batteries pour les voitures électriques aux pays asiatiques nous devons nous concentrer pour devenir Numéro 1 en hydrogène. Pour cela il ne suffira pas seulement de regarder les différentes applications de la pile à combustible mais de penser le monde de l’hydrogène « end to end ».

Le projet Gaia X, une sorte de « Cloud européen » est une initiative importante. Seulement nous devons avoir le même objectif. Nous ne devons pas nous faire des illusions en pensant que cela puisse devenir une plateforme commerciale comme Amazon ou Google ou un concurrent en Cloud Computing de Amazon ou Microsoft. La vraie force de Gaia X sera une grande plateforme IoT (Internet des choses), une nouvelle infrastructure qui intègre les industries européennes de toutes tailles en utilisant les méga données générées par les produits.

Pour préparer le monde numérique de demain nous devons des maintenant investir massivement dans le Quantum Computing, qui permettra le lancement d’applications nouvelles par exemple dans la cryptographie, les biotechnologies, les nouveaux matériaux, la mobilité et la finance.

4) Les forces des Etats-Unis, de la Chine et de l’Europe

Pour nous positionner nous devons être mieux conscients de nos forces dans cette compétition numérique et en même temps bien connaître les forces des autres.

 

 

Nous devons trouver notre approche, notre méthode propre pour être à ce rendez-vous très stratégique. Ceci implique de façon incontournable de rendre nos qualités encore plus fortes (strengthen our strengths)

Sortons du piège de notre auto perception entre un complexe d’infériorité digitale ou une arrogance morale digitale. Nous pouvons faire et offrir bien mieux.

 

 

 

 

 

Markus Schmidt est Premier Vice-président d'Europe & Entreprises et CEO fondateur de QSID Digital Advisory