À propos
Partenaires
Contact
 
Web www.fenetreeurope.com

Chroniques

Samedi 12 Juin 2010

Le régime islamique iranien au ban de la « communauté internationale » ?

"Rien ne va changer. Nous allons continuer nos activités d’enrichissement sans aucune interruption." Ali Asghar Soltanieh, ambassadeur d’Iran à l’AIEA, le 9 juin 2010. Voici un an, le 12 juin 2009, Mahmoud Ahmadinejad se maintenait à la présidence iranienne, à l’issue de fraudes électorales, et la "Révolution verte" emmenée par Moussavi n’a pas eu raison de l’axe Khamenei-Ahmadinejad. Sur le plan extérieur, l’Iran fait figure d’Etat-paria. Ces derniers jours, les membres permanents du Conseil de sécurité se sont accordés sur le texte d’une résolution des Nations unies qui condamne le programme nucléaire iranien (résolution 1929, 9 juin 2010). Bien qu’édulcorées par les longues négociations des Occidentaux avec la Russie et la Chine, de nouvelles sanctions internationales seront mises en œuvre. La crise nucléaire iranienne développe ses effets et le régime islamique continue de s’affirmer comme une puissance perturbatrice des équilibres régionaux et planétaires. En dépit des résolutions des Nations unies, il serait erroné de sous-estimer la sympathie dont le régime islamique iranien peut bénéficier hors de la sphère occidentale.
[Jean-Sylvestre Mongrenier]
Au début de l’année 1979, l’atypique révolution menée par l’imam Khomeiny, révolution simultanément cléricale et gauchisante, a mis en place un régime islamique dont les orientations et les pratiques internationales sont tout autres que celles de l’Iran impérial, un temps dans l’orbite occidentale, de l’éviction de Mossadegh, en 1953, jusqu’à la chute du Shah.

Malgré la disparition du Guide Suprême (l’imam Khomeiny), en 1989, la révolution iranienne n’a pas connu son "Thermidor" et elle n’en finit pas de développer ses effets négatifs. Forgé sur fond de fraudes électorales et de violences politiques internes, en juin 2009, l’axe politico-idéologique entre l’actuel Guide Suprême, Ali Khamenei, et le Président de la République, Mahmoud Ahmadinejad, radicalise plus encore un régime qui est au coeur d’une grave crise diplomatico-nucléaire. Cette crise, sur fond de contestations politiques internes, doit être saisie selon différents niveaux d’analyse.


Une « puissance pauvre » en marche vers l’atome guerrier


L’effondrement du régime impérial et l’accès au pouvoir de l’imam Khomeiny ont d’emblée engagé l’Iran dans une voie révolutionnaire radicale mêlant des éléments hétérogènes, religieux et tiers-mondistes. La prise d’otages de l’ambassade américaine, en novembre 1979, inaugure une "seconde révolution" (selon les termes mêmes de Khomeiny) et depuis, l’Iran islamique est sous l’effet de sanctions internationales, renforcées ensuite par le Congrès des Etats-Unis (D’Amato-Kennedy Act, 1996). Les trois résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies adoptées de 2006 à 2008, avec pour objectif de refouler les ambitions balistico-nucléaires de Téhéran, sont venues renforcer cet arsenal . Bien que les sanctions internationales aient mis à mal la croissance économique et le développement, l’Iran n’en fait pas moins figure de puissance régionale.

L’Iran est un vaste pays (1 648 000 km²), fortement peuplé (74 millions d’habitants), aux racines historiques anciennes (la Perse de l’Antiquité). La conscience historique et plus encore la spécificité religieuse (Islam chiite) nourrissent les ambitions extérieures du régime et des dirigeants. La diversité ethnique de la population iranienne - 7 millions de Kurdes, 6 millions d’Azéris, 800 000 Arabes, entre autres (voir aussi les Baloutches, les Turkmènes, etc.) est compensée par sa forte homogénéité religieuse, le chiisme d’Etat fondant la singularité de l’Iran dans le monde arabo-musulman . Doté d’importantes réserves d’hydrocarbures, l’Iran mène un programme nucléaire dont la dimension strictement civile est contestée par la " communauté internationale", représentée en l’occurrence par le Conseil de sécurité des Nations unies et l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique).

Lancé à l’époque du Shah, le programme nucléaire civil a souffert du chaos révolutionnaire mais, dès le milieu des années 1980, le régime islamique a développé des liens occultes avec le Pakistan, un Etat que l’on sait engagé dans d’actives logiques de prolifération. Le 14 août 2002, le Conseil national de la révolution iranienne (le CNRI est une émanation des Moudjahidine du Peuple, un groupe d’opposition clandestin) révèle l’importance de l’ " archipel nucléaire" iranien avec notamment le site de Natanz, tourné vers l’enrichissement de l’uranium et le réacteur à eau lourde d’Arak (filière du plutonium). Menée en bonne intelligence avec les Etats-Unis, l’action diplomatique de l’Union européenne (UE) a pu momentanément aboutir au gel provisoire du programme nucléaire mais la marche en avant a très vite repris, trois mois après la signature du protocole additionnel du TNP sur les inspections intrusives (signé le 18 décembre 2003).

Parallèlement, les essais balistiques (le "Shahab 3" et ses versions modifiées) et la mise sur orbite d’un satellite ont mis en évidence la puissance des lanceurs iraniens : l’ensemble du Moyen-Orient et l’Europe du Sud-Est sont à leur portée. Les menaces de destruction à l’encontre d’Israël proférées par Mahmoud Ahmadinejad peuvent d’autant moins être ignorées que Téhéran fournit des fusées au Hezbollah libanais, comme au Hamas palestinien, armes offensives dont ces mouvements islamistes ont fait un large usage ces dernières années. Aussi la question nucléaire iranienne constitue-t-elle un défi majeur pour la sécurité de ses voisins et des puissances occidentales, légitimement soucieuses de garantir le libre accès au golfe Arabo-Persique et le pluralisme géopolitique du Moyen-Orient .


Le bouleversement des équilibres moyen-orientaux


La volonté de Téhéran d’accéder à la maîtrise de la filière nucléaire et la forte probabilité de la dimension militaire de ce programme (les rapports des services occidentaux et ceux de l’Agence internationale de l’énergie atomique convergent) soulèvent bien des questions quant aux objectifs ultimes de l’Iran islamique et, consécutivement, aux vertus supposées automatiques de la dissuasion nucléaire. En effet, les règles de la dissuasion ("dissuader" signifiant empêcher de passer à l’acte) ne sont pas des lois de nature qui s’imposeraient inexorablement à tous les acteurs géopolitiques nucléarisés, indépendamment des hommes au pouvoir et de leurs ressorts (idéologiques ou autres), de la nature du régime et du contexte géopolitique dans lequel il s’inscrit . Le débat doit être géopolitiquement situé : qui dissuade qui, de quoi et dans quel contexte ? Ainsi certains experts pensent-ils que l’Iran islamique pourrait développer une stratégie de coercition nucléaire, avec usage de l’arme nucléaire comme moyen d’action (et non de dissuasion), ou encore une stratégie de "sanctuarisation agressive", mise au service d’une politique d’hégémonie déployée depuis le golfe Arabo-Persique jusqu’à la Méditerranée orientale. Abrité par la menace de recourir à l’arme nucléaire en cas de représailles, le régime pourrait recourir en toute impunité au terrorisme.

La perspective d’un l’Iran nucléarisé entre en résonance avec le thème de l’ " arc chiite", une représentation géopolitique très prégnante dans les régimes arabes-sunnites du Moyen-Orient . A l’abri de son parapluie nucléaire, Téhéran pourrait instrumentaliser les Chiites d’Irak, du Golfe et du Liban, voire d’Afghanistan, pour déstabiliser les monarchies conservatrices du Golfe et une large part du "Grand Moyen-Orient" (de la Méditerranée orientale à l’Afghanistan). Quant aux liens avérés de Téhéran avec le Hamas palestinien (sunnite), qui tient la bande de Gaza, ils préfigureraient la formation d’un front panislamique révolutionnaire. La nature du régime et ses orientations ne sont pas seuls en cause. Indépendamment de la question des hommes au pouvoir à Téhéran et de leurs pratiques, la nucléarisation de l’Iran pourrait en retour accélérer les logiques de prolifération au Moyen-Orient. Outre la Syrie, des pays comme l’Arabie Saoudite (très liée au Pakistan) et l’Egypte envisageraient de contrebalancer le potentiel iranien par leurs propres capacités nucléaires, qu’il leur faudrait dès lors acquérir . Bien que membre de l’OTAN et candidate à l’Union européenne, la Turquie serait, elle aussi, susceptible d’emprunter cette voie, ce qui remettrait en cause le TNP .


L’Occident face au nucléaire iranien


Face à la menace d’un Iran nucléarisé, avec les effets en retour de ce scénario du pire, les puissances occidentales ne sont pas restées inertes. Dès 2003, la négociation avec l’Iran est amorcée par la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne (l’UE-3) - avec l’accord de Washington -, au nom du « 5+1 » (les membres permanents du Conseil de sécurité plus l’Allemagne). Venant après l’affaire irakienne, les chancelleries européennes voulaient aussi démontrer à Washington les vertus de l’art diplomatique et du pouvoir d’influence (le " soft power "). Force est de constater que la phase européenne de la négociation n’a pas atteint ses objectifs et il est très vite apparu que Téhéran recherchait le contact direct avec Washington, ce qui a nourri l’espoir d’un vaste "deal" américano-iranien permettant de sortir par le haut de cette crise rampante ; l’Iran pourrait accepter de renoncer à son programme d’enrichissement moyennant la normalisation de ses rapports diplomatiques avec les Etats-Unis et la reconnaissance de son rang de puissance régionale.

Pourtant, la politique de la "main tendue" de Barack Obama n’a pas porté ses fruits. Au début de l’année 2010, l’Iran a refusé les propositions du "groupe de Vienne" (Etats-Unis, France, Russie) élaborées en octobre 2009 : un plan de transfert du stock iranien d’uranium enrichi (à 3,5%) en Russie et en France, sous supervision de l’AIEA, moyennant la livraison par ces pays d’un uranium enrichi à 20% (à l’extérieur du territoire iranien), spécifiquement destiné à des applications scientifiques (pour le réacteur à finalité médicale de Téhéran) . En février 2010, les dirigeants iraniens ont décidé d’amplifier leur programme d’enrichissement pour atteindre le seuil de 20%, une étape décisive vers l’obtention du matériau nécessaire à la fabrication d’une arme nucléaire (elle requiert un uranium enrichi à 93%).

Brandie dès les débuts de la crise, l’option militaire reste d’actualité mais le bombardement des sites nucléaires iraniens pourrait ouvrir un troisième front, en addition à ceux de l’Irak et de l’Afghanistan, déstabilisant plus encore l’ensemble du Grand Moyen-Orient. Aussi les Occidentaux cherchent-ils à rallier la Russie et la Chine à une politique de sanctions renforcées. Moscou et Pékin ont certes voté les précédentes résolutions des Nations unies qui exigent de Téhéran l’arrêt de son programme mais après avoir largement vidé les sanctions internationales de leur contenu. Dans la géopolitique eurasienne, l’Iran est un pays clef avec lequel Moscou entretient des liens étroits, sur les plans militaire (ventes d’armes), énergétique (coopération nucléaire civile ; vague projet d’ « OPEP du gaz ») et diplomatique.

Quant à la Chine, elle importe de gros volumes de pétrole depuis le golfe Arabo-Persique et investit dans le secteur pétrolier iranien. A Pékin comme à Moscou, on éprouve aussi la tentation de se poser sur le fléau de la balance. Le jeu occidental consiste donc à s’assurer le soutien de la Russie pour convaincre la Chine de ne pas s’isoler du concert des puissances et isoler ainsi l’Iran. La partie est complexe et il s’agit d’obtenir une couverture internationale pour développer en parallèle, avec un nombre réduit d’Etats volontaires, des sanctions renforcées dites "sanctions paralysantes". Le 9 mai 2010, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité ont voté la résolution 1929, avec le soutien de la plupart des membres non-permanents (la Turquie et l’Irak ont voté contre ; le Liban, où pèse le Hezbollah, s’est abstenu).


L’irruption du « Sud émergent » dans la diplomatie nucléaire


Bien que repoussée par le "groupe de Vienne", l’initiative turco-brésilienne du 17 mai 2010 inaugure l’irruption du "Sud émergent" dans le champ de la diplomatie nucléaire, jusqu’alors sous le contrôle d’un oligopole de grandes puissances historiques. A rebours de leurs étroites relations avec les Etats-Unis, Ankara et Brasilia ont proposé à Téhéran de transférer sur le territoire turc une partie de l’uranium enrichi moyennant la livraison d’uranium à vocation médicale (enrichi à 20%), sans obtenir pour autant que Téhéran obtempère aux résolutions des Nations unies (cessation du programme iranien d’enrichissement) . Aussi les pays membres du « 5+1 » ont-ils souligné les lacunes de cet accord et accéléré leurs négociations sur le texte d’une nouvelle résolution prévoyant un embargo (sélectif) sur les ventes d’armes à destination de l’Iran .

Des officiels américains ont regretté la légèreté de la diplomatie brésilienne, non sans réactions à Brasilia où l’on aspire à un rôle diplomatique mondial plus en phase avec le rang de "Global Trader" qui est celui du Brésil (la France, soucieuse de vendre ses "Rafale", a remercié le Président Lula pour son action diplomatique …). Quant à la diplomatie turque, le rapprochement opéré en direction de l’Iran pose question, tant au sein de l’OTAN que de l’UE. La Turquie semble sortir de l’orbite occidentale pour privilégier une voie qualifiée de "néo-ottomane" (l’appellation est contestable dans le détail mais exprime bien les ruptures à l’œuvre avec l’orientation occidentale d’Ankara au cours de la Guerre froide et dans les années 1990 encore).

De l’Egypte à l’Afrique du Sud et du Nigeria à l’Indonésie, nombre de pays relevant du "Sud" marquent leur hostilité aux initiatives occidentales contre la prolifération nucléaire, dénoncent ce qu’ils considèrent être une politique du "deux poids, deux mesures" et stigmatisent l’Etat hébreu, bien qu’Israël ne soit pas signataire du traité de non-prolifération, contrairement à l’Iran qui enfreint des obligations librement contractées (on remarquera par ailleurs la discrétion vis-à-vis de deux autres puissances nucléaires non-signataires du TNP : l’Inde et le Pakistan). Réunie en mai 2010, la conférence du TNP a mis en évidence cette version nucléaire du clivage Nord-Sud : le statut d’Etat nucléaire des puissances historiques, moyennant l’engagement de ces Etats à pratiquer le désarmement, est plus ou moins vigoureusement contesté.

Ces faits soulignent la dimension tiers-mondiste et nationaliste-radicale du régime islamique iranien qui, au-delà de l’axe Cuba-Venezuela-Bolivie, bénéficie de soutiens non négligeables dans l’ensemble du "Sud". Nombre de dirigeants de ce que l’on appelait il y a peu encore le Tiers-monde voient en Téhéran le champion de l’indépendance et de la souveraineté des Etats postcoloniaux . Il serait erroné de sous-estimer la puissance des ressentiments historiques à l’égard de l’Occident (voir le déferlement de haine ouverte contre Israël, sans équivalent vis-à-vis de divers régimes meurtriers et liberticides) et, en retour, la sympathie des opinions publiques de ces pays pour la cause nucléaire iranienne. A cet égard, les positions respectives de la Turquie et du Brésil - des pays réputés amis, historiquement situés à la périphérie du système occidental -, sont significatives.


Vers une épreuve de force ouverte


L’horloge politique interne sera-t-elle plus rapide que l’horloge nucléaire ? Voilà un an déjà, Mahmoud Ahmadinejad se maintenait au pouvoir à l’issue d’élections frauduleuses, avec le parrainage du Guide Suprême et l’appui militaro-policier des Pasdarans (relayés par les milices de Bassidjis), la colonne vertébrale d’un régime qui recourt à la violence armée contre ses citoyens. A ce jour, la « révolution verte » n’a pu ébranler le pouvoir en place (des troubles ponctuels en lieu et place d’une révolution) et il serait illusoire de compter sur une divine surprise interne qui permettrait de faire l’économie de l’épreuve de force avec les idéologues radicaux qui tiennent l’Iran.

Cette quatrième résolution n’est qu’une nouvelle étape dans les développements d’une crise qui pourrait bien se muer en un conflit ouvert. Dans une telle perspective, il serait hâtif de miser sur les vertus de l’unanimisme et du multilatéralisme ; les fragiles équilibres atteints au sein de la dite « communauté internationale » pourraient ne pas résister aux vents mauvais. L’axe euro-atlantique, sur la question iranienne comme sur d’autres enjeux, doit être consolidé plus encore. Les décisions du prochain Conseil européen sur la question des sanctions additionnelles, le 17 juin 2010, seront à suivre au plus près.


Jean-Sylvestre Mongrenier est Docteur en géographie-géopolitique (Paris VIII),
Chercheur à l’Institut Français de Géopolitique,et Chercheur associé à l’Institut Thomas More.

Il est l’auteur de "La Russie menace-t-elle l’Occident ?", aux éditions Choiseul (Prix Anteios 2010 du Livre géopolitique).









Commentaires
Dossiers en liens
La compétition nucléaire : état des forces. [13/01/2010]

Articles en liens
Appel à l'OTAN pour intervenir face aux islamistes au Mali. [09/01/2013]
Des missiles Patriot pour défendre la Turquie contre la Syrie. [08/01/2013]
L'Otan met en garde la Syrie. [05/12/2012]
Droits de l'homme en Iran: sanctions intelligentes, pas d'isolement diplomatique. [30/11/2012]
La Turquie va demander pour se protéger de la Syrie des missiles à l'OTAN. [19/11/2012]
Netanyahou prêt à déclencher une attaque contre le nucléaire iranien . [06/11/2012]
Washington presse Moscou de rediscuter le programme de destruction d'armes nucléaires . [12/10/2012]
L'Iran proche de posséder l'arme nucléaire. [09/10/2012]
OTAN : Rasmussen prolongé d'un an, l'Afghanistan, sa priorité . [04/10/2012]
Lourds investissements nécessaires dans le nucléaire européen pour la sécurité. [03/10/2012]

Chroniques en liens
Le droit des Européens à la sécurité nucléaire. [04/10/2012]
Défense européenne : des tendances inquiétantes, mais des raisons d'espérer. [27/03/2012]
Entretien avec à l’occasion du Conseil européen des 1er et 2 mars 2012. [29/02/2012]
Le ruban de l'acception fédérale au service des générations ultérieures. [09/02/2012]
Présidentielle : parole à la défense !. [18/01/2012]
La coopération militaire entre Londres et Paris, une œuvre de long terme. [02/12/2011]
Le droit des Européens à la sécurité nucléaire. [08/07/2011]
Le triste avenir de la Biélorussie. [01/06/2011]
Quelle politique de sûreté nucléaire au niveau européen?. [30/05/2011]
L’Europe a-t-elle un avenir stratégique ?. [25/04/2011]


À propos  -  Partenaires  -  Contact - Copyright 1999-2014 Fenêtre sur l'Europe