par Jean-Guy GIRAUD, le dimanche 14 octobre 2012

La reconnaissance universelle, par le Comité Nobel, de l'oeuvre de paix de la Communauté puis de l'Union européennes doit encourager ses citoyens et ses dirigeants dans leur "résolution à poursuivre le processus créant une union sans cesse plus étroite entre les peuples de l'Europe " et les inciter à "franchir les étapes ultérieures pour faire progresser l'intégration européenne" (préambule des Traités).


La prochaine étape aura précisément lieu en Juin 2014 date à laquelle l'ensemble des citoyens éliront leurs nouveaux représentants communs au Parlement européen et lorsque ceux ci éliront à leur tour les membres de la nouvelle Commission.

Cette élection - exactement cent ans après le déclenchement de la première grande guerre civile européenne - doit être l'occasion d'un nécessaire renforcement de l'unité et de la solidarité entre les États membres de l'Union fortement ébranlée par la crise .

Avant 2014 devront certes, en priorité, être finalement mis en place tous les mécanismes d'union financière, budgétaire et économique en cours de négociation.

Mais la principale obligation des Institutions et des Gouvernements sera de "franchir une nouvelle étape" dans la voie de l'union politique - c'est à dire d'une union de type fédéral - afin de permettre à l'UE de consolider son oeuvre de paix et de prospérité.

L'élection de 2014 doit donc être précédée d'un grand débat public sur ce thème en vue de préparer les réformes politiques et institutionnelles nécessaires. Elle devrait être suivie de la réunion d'une Convention démocratique dont la tâche sera de proposer toutes les modifications constitutionnelles utiles - lesquelles devront ensuite être soumises à l'accord des citoyens ou de leurs représentants.

L'Union des Fédéralistes européens et les autres associations signataires invitent donc les membres du Conseil Européen - et plus particulièrement le Gouvernement français - à lancer publiquement ce grand débat dès leur prochaine réunion du 18 Octobre 2012 .

Elles s'engagent pour leur part à y contribuer conjointement en organisant des discussions publiques autour de réflexions communes.


"Nobel oblige" : la décison du Comité soulève une nouvelle dynamique et de nouveaux espoirs de paix et de progrès en Europe et bien au-delà.

Saisissons immédiatement cette chance pour engager une nouvelle étape dans l'oeuvre européenne.


Jean-Guy GIRAUD est Président de l'Union des Fédéralistes Européens