par Pierre-Franck HERBINET, le jeudi 29 mars 2012

Le manque d'initiative pour l'économie, la montée du chômage, les temps de disettes, les postures démagogiques, l'inéquitable répartition des réserves nous éloignent des chemins de roses bleues étoilées OR. Aux bains de sang de la mouvance souverainiste à la spéculation absurde, les fédéralistes maîtrisent l'art de l'acception fédérale de la construction européenne. Comment ouvrir le Vieux Continent à son AVENIR ?


La planète est en proie à des tumultes. A la recherche d'un nouvel élan, l'Union européenne à la pensée innovante met en perspective les enjeux stratégiques avec les horizons durables comme par exemple les chocs géopolitiques ( les pays du Sahel, les grandes puissances ), l'éducation, la production, la compétitivité, le réchauffement climatique, la fonte des glaces.

Les rebours de l'Histoire. Les populistes primaires, loin du raisonnable, adressent un cahier de doléances vitupérant le vice de cynique des Générations Erasmus. A rebours de la démocratie européenne, les ombres dansent. Virage ou mirage ? Si nul n'ignore la relance du rêve européen, l'Europe intégrée est sise sur un territoire de solidarité et de cohésion sociale. Belle à couper le souffle, l'architecture fédérale de la construction européenne nécessite un temps long et un espace vaste dans une perspective de stabilisation de l'ordre mondial.

Unie dans la diversité. Déesse du fédéralisme, libératrice de nos âmes, l'Union européenne brandit le partage des richesses, le respect du pluralisme, la justice équitable, le régime de la légalité et la transmission du lien mémoriel. Europe. L'Europe est le berceau de la civilisation occidentale. Communauté de peuples, l'Europe se bâtit politiquement avec l'Union européenne, au sein d'un espace de civilisation forgé par une histoire millénaire. Le siècle des Lumières désigne une école de pensée humaniste, dont l'approche scientifique, culturel et philosophique transmit des valeurs cardinales et une sensibilité fédérale à la construction européenne.

L'avenir du Vieux Continent. Des usages fluides, une économie sociale de marché compétitive, des droits de l'Homme et du Citoyen, une ouverture au livre des Merveilles, une intelligence à la dimension plus universelle, une célébration des - Lieux de mémoire -, une force et une sensibilité pour la séquence fédérale, une vitalité à travers les siècles. Lieu de métamorphose. Aux sources de la mutation, les chantiers européens se programment dans la connectivité, la télésanté, la voiture électrique et les bâtiments à énergie positive. N'en déplaise aux populistes primaires ivres de haine. Une vision fédérale de la démocratie européenne digne de ce nom protège nos systèmes de santé et de retraite, impulse un redressement de l'économie, offre un don aux générations ultérieures tout en garantissant une indépendance de la justice et des médias. La résistance étant une condition juste à la victoire, les européistes tournent les pages des livres anciens. Une clarté, une concertation.

La victoire du camp de la liberté et de la démocratie a vaincu le camp du totalitarisme ouvert à tous les vents contraires. Si d'aucuns ne pensent que la tergiversation est un bénéfice, la culture fédérale des terres fertiles de nos jardins européens doit guider des actions par le respect des autres Européens et commercer par la loyauté des échanges.

Un jour viendra, le fédéralisme vaincra. Les - Grands - architectes européens, le général de Gaulle, Adenauer, Mitterrand et Kohl, signèrent le traité de l'Elysée et le traité de Maastricht, pour autant l'Europe n'est plus fière d'elle-même. Et si nous corrigions le tir par la relance de l'idée européenne au service de chaque nouvelle génération ? Regarder l'Europe dans les yeux et naviguer dans le courant fédéral au sens politique du terme. La - banane bleue -, ce - petit cap du continent asiatique -, consolide la paix kantienne, renforce la conscience européenne, favorise une citoyenneté européenne active, explique l'idée européenne comme projet global, promeut les valeurs fondamentales de la construction européenne, tisse des liens de tolérance, de prospérité et de pluralité entre les peuples, considère les interdépendances sociales, économiques, culturelles, environnementales et réfléchit sur les grandes politiques - Politique Agricole Commune, Politique de Cohésion, Marché unique -.

Un jour viendra. Faisant fi des vestiges d'une Europe disparue, la relance de l'idée européenne, telle que les Pères fondateurs la conçurent, est un chemin aux origines du fédéralisme. Le modèle européen. Le processus d'unification européenne est un modèle moins éphémère que la médiane, les mouvements populaires européens précèdent l'exercice du pouvoir politique des institutions européennes sises à Strasbourg et à Bruxelles, l'avènement de notre européanité par l'émergence de l' - Homo europeanus - nous réjouit. Libéral, solidaire, démocratique, respectueux des droits individuels, éthique, homogène, le modèle européen à la traduction politique fédérale doit s'inscrire dans l'élargissement de la création d'un noyau dur plus intégré à l'aune des immenses défis du troisième millénaire. Si rien ne s'oppose à la construction européenne, alors que durent les moments fédéraux dans une perspective de cohésion de l'ordre mondial.


L'idée kantienne vers la paix perpétuelle, l'approche de l'Europe par l'européanité, la démocratie européenne vivifiée par l'implication des citoyens, la gouvernance européenne libérée de toutes entraves, l' acception fédérale de la construction européenne affirmée.


Pierre-Franck HERBINET est membre de la Commission pour l'Égalité des Genres & des Chances du Mouvement Européen.