par Bruno Vever, le mercredi 09 décembre 2015

Les cent trente morts et centaines de blessés des attentats terroristes à Paris du 13 novembre 2015, tragiquement devenu « notre » 11 septembre, ont contraint la France à décréter l'état d'urgence et à rétablir les contrôles sur toutes ses frontières. L'Europe est apparue comme le maillon faible, mis au rencart pour une durée indéterminée. Et ce brusque retour aux frontières hexagonales n'a fait qu'amplifier la dégradation dans l'opinion d'une cote européenne déjà bien entamée. Les scores inédits du front national aux élections régionales de décembre, surfant sur ce traumatisme sécuritaire comme sur son credo souverainiste, en témoignent amplement.


Crise sécuritaire et crise européenne sont à l'évidence intimement liées : on ne les réglera pas séparément. Toute tentative pour les dissocier ne conduira qu'à des désillusions pires encore que celles que nous connaissons aujourd'hui. La « dernière chance » évoquée il y a un an par Jean-Claude Juncker en étrennant sa présidence de la Commission européenne a désormais pris une tonalité alarmante : faute de réaction collective à la hauteur, le pronostic vital de la construction européenne n'est plus assuré.

La libre circulation entre pays européens, garantie depuis plus d'une génération par les accords de Schengen, avait déjà commencé à se dégrader ces derniers mois face à l'afflux des réfugiés du proche orient, détérioration qui est allée en s'amplifiant. L'état d'urgence en France vient lui donner le coup de grâce. On ne mettra pas en question la justification des mesures prises, au demeurant admises en pareil cas par le dispositif européen. Mais on s'interrogera légitimement sur la prolongation voire la pérennisation de telles mesures, et sur le risque d'un retour à la norme des contrôles frontaliers entre pays membres de l'Union européenne.

On n'oubliera pas en effet les décennies d'efforts acharnés qui ont été nécessaires pour supprimer ces contrôles aux frontières internes et construire un espace commun d'échanges et de libertés. Un repli durable des pays européens sur leurs frontières nationales constituerait, sur le plan politique, économique et social, un échec si cuisant et un séisme si dévastateur qu'il ne manquerait pas d'ébranler les fondations mêmes de la construction européenne. Où s'arrêterait le démantèlement ? Un tel tête-à-queue pour l'Europe signerait son effacement irrémédiable dans le nouveau monde du présent siècle.

Notre sécurité nationale face aux réseaux terroristes n'en serait nullement renforcée pour autant. Au contraire, elle en serait irréversiblement affaiblie. Car c'est bien en s'appuyant sur les multiples cloisonnements qui persistent entre nos Etats, et qui ne manqueraient pas de s'aggraver davantage encore en cas de repli prolongé sur nos propres frontières nationales, que les réseaux terroristes ont pu donner le change à nos autorités publiques et mettre si gravement en péril notre sécurité. Les frontières juridiques d'un Etat à l'autre constituent en effet pour ces réseaux autant de relais, d'asiles et de camouflages pour préparer leurs complots, commettre leurs forfaits et se replier sur d'autres bases.

Ces terroristes, pour la plupart fanatiques d'un islamisme radical, pourront être comme trop souvent de notre propre nationalité, vivant ou ayant vécu chez nous, originaires de Belgique comme récemment révélé, ou d'autres pays, européens ou non, parfois infiltrés à travers les migrations massives de réfugiés en provenance du proche orient et du bassin méditerranéen, combattants plus ou moins intermittents et aguerris du Jihad sur ces territoires. Toutes les cas de figure se sont présentés et se représenteront. Mais on ne pourra démasquer ces terroristes et les combattre efficacement qu'à travers une alliance européenne sans frontières, et non une exacerbation de nos séparatismes nationaux.

Le conservatisme persistant de nos Etats et de leurs administrations est directement responsable de la double situation d'échec sécuritaire et d'échec européen où nous nous trouvons aujourd'hui. Largement déconnectés les uns des autres par un chacun pour soi illusoirement « souverain » mais authentiquement réducteur, donc largement sourd et aveugle face à des menaces multinationales et multiformes, nos systèmes nationaux de prévention, de surveillance et de répression ont été pris en défaut, et la « non-Europe » sécuritaire a été mise à nu.

On ne pourra plus dorénavant revenir à la situation qui prévalait avant les attentats, celle d'une libre circulation sans sécurité commune. Nos gouvernements ne pourraient plus se le permettre, et nos opinions publiques ne pourraient plus l'accepter. Par contre, réinstaurer la libre circulation entre pays européens impliquera de doter enfin l'Europe d'un dispositif efficace permettant d'assurer cette sécurité, tant nationale que collective, face aux réseaux terroristes.

Plutôt que rétablir durablement des contrôles frontaliers nationaux qui connaîtront nécessairement leurs limites, et qui entraveront forcément les échanges et le fonctionnement économique de l'Europe comme ses ambitions légitimes d'approfondissement et d'intégration, le bon sens exige à présent de mettre un terme au conservatisme outrancier qui a trop longtemps interdit d'organiser un système sécuritaire commun.

Il doit s'agir à présent d'encadrer, de justifier et d'équilibrer l'ouverture des frontières mutuelles tout en aménageant collectivement un vrai contrôle des frontières externes, au lieu de le sous-traiter, comme maintenant, aux soins exclusifs et si peu efficaces des pays directement confrontés à un tsunami humanitaire qui les dépasse. Sauf à reculer, se dédire et se défaire, l'Europe est aujourd'hui contrainte de sortir d'un trop long renoncement à sa réorganisation et à son intégration.

L'urgence est en effet de recréer un minimum de cohérence et de cohésion européenne face à une pression migratoire qui submerge aujourd'hui les Etats membres d'accueil, poussant les Etats membres voisins à se barricader les uns contre les autres. Les « passeurs » en bande organisée, africains ou du moyen orient, que l'on combat et stigmatise à longueur de communiqués, ont aussi leurs équivalents dans nos propres rangs européens. Quand allons-nous décider de nous réorganiser en se donnant tous les moyens nécessaires pour mettre fin à des situations indignes laissées aux hasards d'arbitraires de circonstance, de gabegies administratives, de zones de transit à l'abandon, de camps d'internements surpeuplés ou d'exfiltrations clandestines d'un pays à l'autre ?

Bien évidemment ceci impliquera d'agir ensemble non seulement pour mettre en place en Europe les conditions d'une immigration recontrôlée et réorganisée, mais pour contribuer aussi à modifier dans les pays d'origine des réfugiés, sur les plans économique, social et humanitaire, mais également sur un plan sécuritaire, les conditions tragiques qui ont généré ces exils massifs de populations.

Car l'Europe ne peut pas devenir une retraitée des affaires du monde si elle entend rester l'Europe, maîtriser son propre destin et ses propres ambitions, préserver sa culture et son mode de vie tout en portant haut son influence à travers les continents, pour conforter ses valeurs héritées des Lumières, les droits de l'homme, les libertés et un idéal démocratique qui demeure aujourd'hui, par-delà toutes les disparités, un marqueur essentiel pour l'organisation du monde.

Une vraie question demeure : l'Europe trouvera-t-elle encore en elle-même la force d'assumer cette reconquête de son autorité, de son autonomie, de son unité et de ses ambitions pour elle-même et à l'échelle de la planète ?

« Les hommes n'acceptent le changement que dans la nécessité, et ils ne voient la nécessité que dans la crise. » A en croire Jean Monnet, et vu la gravité de la crise nationale et européenne où nous nous trouvons, il reste des raisons de croire, envers et contre tout, à un ultime sursaut pour se tirer ensemble d'un si mauvais pas. Dans le même esprit et le même espoir, on se remémorera cette citation de Nietzche : « tout ce qui ne nous ne détruit pas nous renforce ». Car tel est bien le choix crucial qui s'ouvre désormais à nos dirigeants.

A ce stade et pour leur part, les revendications présentées par Bernard Cazeneuve et Christiane Taubira à nos partenaires européens au lendemain des attentats de Paris paraîtront aussi circonscrites que minimales : mise en place d'un registre européen des déplacements d'individus dangereux (fichier PNR « Passenger Name Record »), lutte renforcée contre le trafic d'armes, contrôles systématiques aux frontières extérieures avec consultation des fichiers centralisés. Il ne s'agit pas là de sujets nouveaux, mais d'une relance de dossiers qui peinaient à aboutir. Dans le nouveau contexte, ceci n'a guère créé de problème avec nos partenaires. On s'étonnera surtout de ne pas l'avoir fait plus tôt !

Renforcé dans l'urgence mais sans renouveau déterminant, ce dispositif ne s'écarte guère du registre classique d'une coopération intergouvernementale de bonne volonté mutuelle, dont l'expérience a montré les limites intrinsèques. On pourra donc douter qu'il se révèle à la hauteur tant d'un contrôle réorganisé de l'immigration que des multiples défis du terrorisme international. Et on ne craindra pas de poser la « question qui fâche » tout en devenant de plus en plus pertinente : plutôt que de chercher à relancer une coopération entre Etats qui n'a jamais vraiment fonctionné, surtout à vingt-huit, ne serait-il pas temps de mettre en place un dispositif sécuritaire européen à caractère fédéral, avec une mutualisation des moyens à l'échelle de nos exigences communes ?

Certes, un objectif apparemment si radical risque fort d'être perçu comme irréaliste sinon irresponsable par nos gouvernements actuels, toujours aussi jaloux de leurs propres prérogatives nationales. Mais impossible ne saurait être durablement européen, dès lors que notre intérêt collectif et notre avenir commun sont en jeu, ce qui est bien le cas ici.

Il y a trente ans, l'objectif d'une monnaie unique, avec ses structures fédérales, n'avait-il pas généré pareil scepticisme parmi les gouvernements de l'époque avant de s'imposer, la réunification allemande ayant fourni l'opportunité historique de l'engager puis de la réussir ?

Et puisqu'il s'agit à présent de se donner tous les moyens de « gagner une guerre » contre le terrorisme, comme nos propres dirigeants l'affirment haut et fort, faut-il rappeler que les Alliés avaient su organiser un commandement intégré face à l'ennemi commun, lors de la première comme de la seconde guerre mondiale ? La présente guerre antiterroriste ne constitue-t-elle pas aujourd'hui une forme inédite de confrontation mondiale, avec ses nouveaux défis, ses nouvelles horreurs et ses nouveaux méandres, justifiant à nouveau de rompre avec les conservatismes nationaux ? Après le rouge garance puis le bleu horizon des débuts du siècle précédent, n'est-il pas temps de revêtir tous ensemble les mêmes étoiles européennes pour répondre au bouleversement de la donne sécuritaire qui est allé de pair avec le nouveau siècle ?

Toutes ces considérations demeurent encore loin de l'état d'esprit actuel des dirigeants européens. Certes, il aura fallu les odieux attentats de Paris pour qu'ils consentent à se bouger un peu et donner suite à nos revendications de coopération renforcée. Mais on ne les voit guère à ce stade se risquer sur la voie inexplorée d'un fédéralisme sécuritaire, même recentré, en lui concédant des moyens collectifs adéquats (cf. agence européenne de renseignement, police fédérale antiterroriste, magistrats instructeurs européens, corps unifié de garde-frontières, etc.). Combien de nouvelles alertes, de nouvelles crises, voire de nouveaux drames faudra t-il encore pour les voir évoluer en ce sens ?

Pour l'immédiat, disons-le franchement : l'Europe paisiblement endormie dans une pratique « soft » des libertés de Schengen, sans stratégie commune ni moyens collectifs pour sa sécurité, a vécu. Les actions terroristes sur son propre sol de même que l'afflux de réfugiés débordant l'organisation nationale des pays membres ont mis fin à ses jours. L'expérience a démontré qu'une Europe sans identité commune, sans toit commun et sans moyens communs ne peut qu'autodétruire ses propres fondations avec la résurgence de barrières nationales remettant en cause ses libertés, sa cohérence, son unité et ses ambitions.

Voilà pourquoi un « pacte européen de sécurité » apparaît aujourd'hui comme une exigence urgente. Mais il serait vain, comme le discours français l'a laissé entendre, d'opposer un pacte de sécurité au pacte de stabilité : les deux exigences devraient au contraire s'appuyer et se compléter mutuellement comme les deux faces d'un même dispositif, qui ne pourra être qu'européen pour être efficace, et permettre d'organiser une mutualisation optimale des moyens de nos Etats alliant économies d'échelle et sécurité commune. Une intégration ciblée des outils militaires pour assurer toutes les interventions requises de même qu'une défense européenne autonome et crédible, par delà même l'appui de l'OTAN, compléterait logiquement ce dispositif.

Pour avancer dans cette voie, la seule capable d'assurer notre sécurité collective tout en préservant nos libertés et nos ambitions européennes, un mot d'ordre de Jean-Paul II mériterait d'être rappelé à nos dirigeants : « N'ayez pas peur ! » Dans la situation critique où se trouve dorénavant plongée l'Europe, face aux choix décisifs qui s'ouvrent à elle sans plus d'alternative ni d'échappatoire, on ne pourra pas se dispenser d'audace pour réarmer les Européens face aux terrorismes et à leurs propres peurs.

 

Bruno VEVER est secrétaire général de l'Association Jean Monnet et délégué général d'Europe et Entreprises