par Jean-Dominique Giuliani, le mardi 05 décembre 2006

La réunification de l'Europe, commencée le 1er mai 2004, sera achevée le 1er janvier 2007 avec l'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie. C'était pour l'Union européenne un devoir moral d'effacer enfin Yalta. C'est aussi son intérêt économique et politique. Il convient maintenant de se concentrer sur sa réussite et il y a du travail….


Si les Balkans occidentaux ont vocation à rejoindre l'Union, chacun sait qu'ils ne sont pas encore prêts et qu'il leur faudra notre aide et du temps. Nous arriverons ensemble à oublier les années 90 et à éteindre les braises des conflits ethniques. Ce ne sera pas facile, l'exemple du Kosovo le montre, mais c'est possible.

En revanche rien ne justifie que l'Union continue à s'élargir sans cesse, sauf à vouloir lui refuser d'accéder au statut politique qu'exigent désormais sa place et son rôle sur la scène internationale.

Elle a droit à un territoire, condition de l'identité politique et du nécessaire sentiment d'appartenance de ses citoyens. Ce territoire est délimité par les mers au Nord, à l'Ouest, au Sud ; il est plus indéfini à l'Est mais il s'établit vraisemblablement sur les frontières de l'actuelle Europe à 27.

La politique d'élargissement a atteint ses limites. Elle produit désormais l'effet inverse à celui recherché : Au lieu de rapprocher les peuples, elle les divise et les conduit à s'affronter. L'exemple de la Turquie est là pour le démontrer et nous interpeller.

De chantages en approximations, la Turquie et l'Union ne cessent de s'opposer.

La première refuse de respecter les règles du club auquel elle veut adhérer. Elle veut les négocier. La seconde est ballottée entre ses intérêts, ses promesses et la réalité. Elle poursuit mécaniquement son chemin sans réviser ses analyses, ses procédures et son attitude à l'aune du monde nouveau. La Turquie et l'Europe ont beaucoup à faire ensemble, dans le respect mutuel, sur un pied d'égalité. Si l'on veut qu'elles y parviennent, il faut avoir le courage de revenir sur cette idée d'adhésion pour lui substituer une forme de coopération réaliste.

Il faut remettre à plat la politique d'élargissement sous peine de graves déconvenues.

C'est certainement le message que la Chancelière allemande et le Président français sont en train d'expliquer avec le tact diplomatique qui convient à de telles situations.

Puissent-ils être entendus.





Jean-Dominique Giuliani (http://www.jd-giuliani.org) est président de la fondation Robert Schuman (http://www.robert-schuman.eu