par Colomban Lebas, le mardi 18 septembre 2007

Bien souvent, les discussions internationales ne brillent pas par leur clarté. Le débat actuellement mené par les Américains à propos de la défense antimissile ne déroge malheureusement pas à cette regrettable tradition ! Rarement en effet les véritables enjeux d'une politique auront été aussi soigneusement minorés au profit d'un échange d'arguments peu nuancés entre Russes et Américains destinés à recueillir l'adhésion des opinions publiques nationales, et qui contribue à recréer, un peu artificiellement il est vrai, comme un succédané de guerre froide. Rarement également un sujet si technique, regroupant tant de projets destinés malgré tout à se combiner pour former un système en évolution permanente, aura en fait tant d'implications politiques et financières concrètes pour l'avenir – mais sans doute pour de tout autres raisons que celles que l'intuition nous porterait à concevoir.

Tâchons d'éclaircir cette question de la défense antimissile, en livrant quelques-unes de ses clés d'interprétation, tout en mettant en exergue les conséquences probables qu'aurait pour l'Europe l'avènement d'un système efficace de protection contre les missiles, déployé par les soins de nos alliés américains.


La genèse du débat sur les défenses antimissiles


Tout d'abord rappelons que l'idée de défense antimissile n'est pas neuve : dès l'expérimentation des premiers missiles, on a imaginé parer à leurs effets destructeurs par d'autres missiles défensifs, retrouvant la vieille dialectique de l'épée et du bouclier. L'irruption de l'arme atomique, puis son adaptation aux conditions du transport par missile, ont naturellement renforcé cette préoccupation. Côté russe, on lance le programme Galosh ; côté américain, ce sont les intercepteurs Zeus que l'on expérimente. La situation finit par se figer avec la signature bilatérale du traité ABM en 1972, échangée dans le cadre des négociations Salt I et limitant le déploiement autorisé de dispositifs antimissiles à seulement deux sites puis un seul. Dans le contexte de la compétition Est-Ouest, il apparaissait alors plus utile aux deux Grands de préserver leur vulnérabilité mutuelle, gage de la stabilité de l'équilibre dissuasif : ils pouvaient alors faire l'économie des immenses dépenses d'investissement qu'auraient entraînées une compétition non-maîtrisée entre deux boucliers dont aucun des deux blocs n'avait un avantage certain à sa mise en place effective. Rappelons que la protection de chacun des territoires – c'est à dire la soustraction partielle de ceux-ci au chantage nucléaire – aurait eu comme conséquence rendre moins efficace la réplique nucléaire à une agression atomique de l'Etat ennemi, hypothèse sur laquelle reposait précisément toute la stabilité de la dissuasion. En termes techniques, on dit qu'il y aurait eu amoindrissement de la capacité de frappe en second de l'adversaire. D'autre part, à l'époque des discussions sur le traité ABM, il était difficile de savoir a priori lequel des deux grands seraient le plus avantagé par la mise en place d'un bouclier antimissile, d'où, par aversion au risque, une situation favorable à l'instauration d'un équilibre coopératif que l'on ne pouvait conserver que si l'on se gardait de trop développer les installations antimissiles. Il en résulta le traité ABM.

C'est ce postulat implicite que l'administration Reagan a remis en question. Tirant les leçons du délitement des positions américaines dans le monde durant la période de détente (Angola,…) qu'elle estime dû à la poursuite d'une politique extérieure trop laxiste, cette dernière imagine de mettre hors-jeu les Soviétiques par épuisement économique, en particulier en relançant une course aux armements dont ces derniers ne pourraient suivre le rythme. C'est le programme IDS (guerre des étoiles) dont le président Reagan proclame, en un discours resté célèbre, qu'il est destiné à rendre obsolète des armes nucléaires !

Finalement le rideau de fer s'effondre et le régime soviétique disparaît, laissant place à une Russie exsangue qui procède dans la confusion à une réévaluation drastique de sa stratégie politique. Le projet de bouclier antimissile est mis en sommeil ; par la suite on s'intéressera plutôt à la « défense antimissile de théâtre », qui, plus modestement, vise à protéger les troupes déployées lors d'une intervention internationale. L'aire couverte est alors d'envergure limitée, mais en revanche, le dispositif, loin d'être figé, doit pouvoir s'adapter rapidement à un redéploiement de troupe sur un nouveau théâtre d'opération, au gré des fluctuations de la politique américaine d'intervention.

Ce n'est que peu avant le retour de l'administration républicaine de G.W. Bush que l'idée d'immuniser le territoire américain contre toute attaque par missile refait surface. Mais le projet a changé : il s'agit maintenant de retrouver des marges de manoeuvre d'intervention face à des rogue states soupçonnés de s'adonner à la prolifération nucléaire pour sanctuariser leurs propres territoires nationaux. Techniquement le dispositif envisagé vise à neutraliser d'éventuels missiles hostiles, en tentant d'intervenir à chaque étape de leur progression vers leur cible (phase propulsive, phase exo-atmosphérique et phase de réentrée dans l'atmosphère) au travers d'un ensemble hétérogène d'intercepteurs ou d'effecteurs perturbateurs de leur comportement, sans utiliser d'éléments nucléaires. Un tel système, pour être efficace, doit traiter à grande vitesse un ensemble très varié d'informations issus de capteurs divers : radar, satellites,… afin d'identifier l'objet menaçant, calculer sa trajectoire, le différencier d'éventuels leurres, prendre une décision d'interception, et définir une manière optimale de procéder à celle-ci, le tout en quelques minutes !! Il s'agit là, évidement, d'un gigantesque défi technologique et financier, et ce, pour un résultat incertain puisqu'il sera toujours possible, soit de contourner le bouclier, en usant par exemple d'autres moyens d'introduction de l'armes atomique sur le territoire national (par bateau , par camion,…), soit de saturer le bouclier en lançant suffisamment de missiles pour atteindre les limites de la capacité d'interception du bouclier – missiles éventuellement capables de modifier de manière peu prévisible leur trajectoire et dont certains pourraient être des leurres.

Alors que le traité ABM, joint au traité d'interdiction du déploiement d'arme offensive dans l'espace exo-atmosphérique, prévenait le déplacement de la course aux armements depuis le terrain des forces conventionnelles et nucléaires traditionnelles vers les rivages inconnus des stratégies antimissiles et de la militarisation de l'espace, les Américains, dans la foulée du 11 septembre, ont saisi l'occasion de ce bouleversement pour dénoncer unilatéralement le traité ABM. Parallèlement, s'est ouvert un débat très vivant sur l'intérêt stratégique qu'il y aurait à traiter de l'espace comme des autres milieux de déploiement traditionnel de l'activité militaire que constituent l'air, la mer et la terre, en soulignant le rôle décisif que celui-ci jouera probablement sur l'issue des batailles du futur. Malgré toutes ces perspectives – évoquées par des prospectivistes américains souvent liés au complexe militaro-industriel – il n'en demeure pas moins qu'un grand nombre de technologies d'interception prévues dans le cadre de ce bouclier ne sont pas encore au point, et que de toute manière un tel système de défense antimissile a de grande chance de rester aisément contournable pendant de nombreuses années.


Objectifs principaux et conséquences escomptées de ce projet


Comment expliquer alors que l'édification d'un tel bouclier suscite tant intérêt aux Etats-Unis tout autant que parmi ses alliés ? Pourquoi ces derniers acceptent-ils si facilement d'être mis à contribution tant financièrement que physiquement par l'accueil d'éléments de ce dernier sur leur sol, pour un projet dont l'efficacité militaire reste très hypothétique au vu des tests pratiqués jusqu'alors ? Quelles seraient alors, dans le contexte actuel et non plus celui de la guerre froide, les véritables implications géostratégiques de l'existence d'une telle architecture de protection antimissile ? Quels sont au fond les véritables buts visés par les Américains ? Quels sont également les mobiles sous-jacents auxquels cette politique répond ?

Ces motivations semblent être de plusieurs ordres, allant de la réponse militaire au nouveau contexte international, jusqu'à l'obsession du progrès technologique, en passant par des mobiles psychologiques.

Le bouclier antimissile est aujourd'hui le plus souvent présenté comme une réponse à la quasi-inéluctable dissémination de l'arme nucléaire vers des pays de plus en plus nombreux et surtout de profils singulièrement plus hétérogènes qu'auparavant. C'est que le développement et la diffusion au plan mondial de technologies variées, nécessaires au développement harmonieux de la croissance économique mondiale, ont pour inévitable corollaire de mettre à la portée de la plupart des pays la fabrication d'une bombe nucléaire simple. Munis d'un bouclier antimissile fiable, les Américains pourraient alors retrouver une marge de manoeuvre perdue face à ces Etats – tels la Corée du Nord et peut-être demain l'Iran – qu'il est toujours difficile de convaincre de revenir à un stade pré-nucléaire ; et qui, de leur parapluie atomique, pourraient tirer les moyens d'une stratégie très dangereuse de chantage envers la communauté internationale.

Dans un tout autre domaine, et comme l'expérience de l'IDS lancée par REAGAN l'a amplement montré, n'oublions pas qu'à moyen terme le développement de technologies antimissiles est un puissant facteur de progrès technologique dans des domaines aussi variés que l'espace, l'optique, l'optoélectronique, le traitement ultra-véloce de l'information... La mise au point d'un tel bouclier conduirait également à d'importantes avancées en matière de techniques de gestion du champ de bataille, ce dernier étant théoriquement étendu - dans le cas qui nous occupe - aux dimensions de la planète. Songeons que l'IDS de Reagan a permis de nombreuses innovations en matière de lasers et de diodes et que nombre de ces découvertes ont eu des applications dans de tout autres filières, tant dans l'industrie civile que militaire.

Il est une autre conséquence, plus rarement évoquée mais non moins cruciale pour bien comprendre nature de ce projet. Le caractère international de ce bouclier, tout comme son envergure, conduira nécessairement à un cofinancement de celui-ci. Des relations de dépendances très fortes s'instaureront alors entre les Etats-Unis, qui garderont la maîtrise technologique et militaire du projet, et la multitude d'Etats partenaires, irréversiblement engagés dans ce projet car financièrement impliqués au-delà du point de non-retour, mais soumis au bon vouloir des Américains en ce qui concerne le partage des retombées technologiques et de la protection escomptée de cet outil.

Nouvelle ligne de partage du monde ; séparation d'un intérieur à protéger en qui s'incarneraient les forces du Bien et leurs alliés, d'avec un extérieur hétérogène, au mieux indifférent, souvent trouble, et perçu comme hostile ; le bouclier antimissile entre profondément en résonance avec les racines de l'identité des Etats-Unis, et avec l'idée que se font les citoyens américains de la mission de leur pays dans le monde. Retour subreptice à l'insularité initiale du continent américain, dont Pearl Harbour, puis les attentats du 11-septembre avaient sonné le glas ?

Nostalgie sans doute d'un temps où il semblait possible de se désintéresser des affaires mondiales, et où, pour mieux préserver la pureté d'une construction politique exceptionnelle, on préférait cultiver, à l'abri de l'Océan et bien loin des turpitudes extérieures, les germes prometteurs d'une Nation de formation récente mais que ses promoteurs voyaient indubitablement investie d'un mission divine. Mieux encore, ce bouclier se veut être un nouveau signe de la permanence du combat du Bien contre le Mal. Sorte de main divine surplombant le territoire américain et celui de certains de ces alliés, il symbolise dans l'inconscient collectif cette « manifest destiny » si lourde de sens dans l'histoire américaine. Il s'interprète alors comme le signe tangible du choix de Dieu en faveur de cette nation, et de son engagement inaltérable aux côtés des forces du Bien. La rapidité de traitement de données qui sera nécessaire, l'envergure mondiale du système d'observation, le rôle des dispositifs spatiaux dans le système et la précision « diabolique » des répliques envisagées contribuent à renforcer cette symbolique biblique qui se fond si aisément avec la culture politique américaine.

Tous ces éléments – parfois semi-conscients – peuvent expliquer pourquoi tant d'argent a pu jusqu'alors être investi dans un dispositif protecteur qui au mieux ne sera pas efficace avant plusieurs dizaines d'année, et qui de tout manière sera aisément contournable par des moyens parfois peu onéreux.

Plus prosaïquement, ce dispositif protecteur désigne au reste du monde une « zone d'intérêt privilégié » considérée comme à protéger – qu'il contribue parfois à constituer tout autant qu'il la matérialise. L'inclusion de l'Europe orientale et baltique dans ce bouclier tend ainsi à consolider une extension – récente mais désormais par ce fait même signifiée comme pérenne – de la zone d'influence occidentale, au coeur même de l'ancien glacis soviétique. On comprend les réticences des Russes qui s'emploient à contrecarrer les projets américains tout autant qu'à ralentir de calendrier de déploiement de installations prévues : ces derniers se saisissent de l'occasion pour légitimer le développement et l'introduction de nouvelles armes plus performantes. Ils en profitent pour remettre au goût du jour des procédures devenues désuètes depuis la fin de la guerre froide ; ils tentent de se poser en contrepoids responsable des Etats-Unis au nom de la multipolarité tout en essayant de s'octroyer les retombées stratégiques de l'exercice d'un illusoire « dialogue au sommet » avec la superpuissance américaine, devenu la véritable obsession d'un pays - et d'un régime - nostalgiques du rang éminent qu'il s'était habitué à tenir lors des années de bipolarité.

C'est en réalité tout un équilibre complexe s'instaure ainsi entre la volonté américaine d'installer coûte que coûte des éléments du bouclier tout autour du globe, et les hésitations des gouvernements hébergeurs qui pèsent soigneusement les avantages politiques et stratégiques de cette participation –avec les craintes légitime que cette dernière suscite, en particulier auprès des populations locales. Parce que certains Etats puissants s'estiment atteints dans leur prestige - voire placés directement dans la ligne de mire de ces nouveaux postes avancés de la puissance américaine – les négociations sont rendues considérablement complexes. Et pour couronner le tout, ces installations constituent par ailleurs autant de cartes susceptibles d'être instrumentalisées à tout moment dans des marchandages diplomatiques de plus court terme ! S'affrontent ainsi les intérêts des Etats susceptibles d'être protégés, à ceux d'Etats qui, comme la Russie, considèrent que l'initiative américaine de mettre en place des éléments du boucliers en Pologne et en République Tchèque constitue une intrusion inacceptable dans une zone qu'ils estiment inclue dans leur aire « naturelle » d'influence .


Effets réels et dérives possibles


Les effets réels de la mise en place d'un tel bouclier nous réservent quant à eux sans doute bien des surprises ; et comme il advient souvent en stratégie, nous n'échapperons sans doute pas à ce sujet à toute une série de curieux paradoxes.

Ainsi, comme nous l'avons mentionné plus haut, le bouclier ne sera-t-il probablement jamais étanche à 100 % : il sera toujours possible de le saturer par l'envoi simultané de nombreux missiles ; on pourra toujours aisément concevoir des fusées à trajectoires complexes qui empêcheront les calculateurs américains d'anticiper correctement la suite de la trajectoire des missiles repérés ; on pourra également introduire des missiles leurres, non chargés, dont la destruction inutile occupera le système tandis que celui-ci n'aura plus le temps de s'occuper des autres missiles, quant à eux réellement munis de charges.

D'autre part n'oublions pas que l'érection d'un bouclier antimissile ne protège en rien contre l'introduction d'armes chimiques ou nucléaires sur le territoire via des moyens plus rudimentaires comme le camion ou le bateau ... L'exemple du 11-septembre nous montre par ailleurs qu'il n'est pas besoin de détenir des missiles pour infliger des dégâts matériels et moraux considérables à une super-puissance comme les Etats-Unis.

Ceci étant posé, quelles seront les conséquences d'un tel bouclier sur l'évolution de la prolifération nucléaire ? Aura-t-il pour effet de la décourager, rendant obsolète l'arme nucléaire ? Ou bien au contraire la stimulera-t-il, les pays candidats au club nucléaire officieux se dépêchant de mettre au point « l'arme absolue » avant que le bouclier ne devienne efficace, et tentant par la suite de préserver leur capacité de dissuasion en concevant des missiles de plus en plus sophistiqués ?

N'y aura-t-il pas à terme des effets pervers de report de la menace sur des pays alliés ou proches des Etats-Unis mais non couverts ou mal protégés par le bouclier ?

Ce dernier ne stimulera-t-il pas l'unilatéralisme américain, les Etats-Unis se sentant moins menacés donc plus libre d'agir à leur guise, du fait de la protection que leur conférerait leur bouclier ? N'y aurait-il pas alors un risque considérable de déstabilisation du monde, à l'image des dégâts que l'administration Bush a commis au Proche et Moyen-Orient tout au long de ces dernières années ?

Imaginons maintenant qu'à terme le bouclier devienne réellement efficace pour neutraliser un nombre important de missiles chargés, n'aurait-il pas alors pour effet d'encourager l'ensemble des puissances nucléaires à augmenter leur capacités nucléaires afin de revenir à l'équilibre antérieur ? Ou bien même, avant que ce nouvel outil défensif ne devienne efficace, ne tirera-t-on pas prétexte de l'installation de celui-ci pour grossir son propre arsenal, tant conventionnel que nucléaire ?

Dans le contexte de l'émergence de la Chine comme grande puissance d'un monde en gestation, voisine d'une Inde elle aussi nucléarisée et d'une Russie en phase de restauration de sa puissance internationale, ces questions ne manqueront pas de se poser, et peut-être à très courte échéance.

Ainsi, et pour conclure, l'érection de ce bouclier apparaît à la confluence de nombreuses logiques d'essence très diverses : réponse à la prolifération, volonté d'innovation technologique, début de militarisation de l'espace, consolidation de l'avancée occidentale dans l'ex-zone d'influence soviétique, constitution d'alliances pérennes avec des partenaires devenus otages de leur engagement financier, outils de management de court ou de moyen terme des relations internationales des Etats-Unis avec leurs interlocuteurs principaux... L'Europe doit s'interroger sur l'attitude à adopter face à cette initiative : lui faut-il s'engager financièrement dans l'édification de ce bouclier ? Doit-elle développer de son côté un système antimissile complémentaire dont elle maîtriserait intégralement les technologies ? L'attitude des gouvernements européens face au bouclier proposé par les Américains, un peu comme la réaction à l'intervention irakienne de 2002, est très contrastée selon les pays que l'on considère. Prenons garde à ce que ce nouvel outil militaire ne devienne pas pour les Européens une nouvelle pomme de discorde, qui nuise à l'harmonie des relations entre Etats européens tout autant qu'à la cohérence de la construction institutionnelle de longue haleine dans laquelle ils se sont engagés. Prenons garde également à ce que cette initiative américaine ne nous détourne pas – financièrement et intellectuellement – des priorités militaires liées à nos engagements actuels et futurs sur des théâtres d'opération réels et en des lieux où les intérêts effectifs de l'Europe sont directement en jeu.

Ce qu'il peut être rationnel d'entreprendre pour la première puissance militaire du monde – dont le budget de défense équivaut au cumul de ceux des 8 puissances qui suivent dans le classement militaire mondial – ne l'est sans doute pas pour une Europe dont les ambitions stratégiques restent pour le moment modestes, et dont les ressources à consacrer à ce domaine sont limitées par l'ampleur des défis économiques et sociaux qu'elle se doit par ailleurs de relever.




Colomban Lebas, est directeur de recherche au CEREMS, chercheur associé au centre de géostratégie de l'ENS-Ulm et maître de conférences à Sciences-po